Le paradoxe de Salomon

Une histoire de cordonier·es mal chaussé·e

C’est une phrase qu’on se lance souvent entre copines entrepreneures “tu sais c’est une histoire de cordonnier mal chaussé”, ça fait sourire tout le monde et ça dédramatise souvent une situation aux allures chaotiques. 

Vous vous dites que pour pouvoir faire correctement votre travail il faut d’abord savoir le faire pour vous ?  Que vos prestataires doivent avoir un “track record” immaculé, surtout quand il s’agit du domaine pour lequel vous les sollicitez ? Je comprends, moi aussi je préfère que ma graphiste ait une identité visuelle au top, ma webdesigner un site toujours à jour, ma copywriter des pages de vente incroyable, ma rédactrice SEO des articles en quantité (très qualitatifs de préférence) sur son blog, etc. Sauf que la réalité c’est que la plupart de mes prestataires sont dans la même situation que moi : solo. On est donc en charge de tout dans nos business et on n’a pas plus de temps que le reste du commun des mortels dans nos journées. 

Vous penserez peut-être que je me tire une balle dans le pied en vous disant que je n’ai pas toujours une organisation parfaite, que je fais des boulettes dans mon business, et que j’ai besoin d’un bras droit qui me rassure sur le fait que je ne suis pas totalement à côté de mes pompes. Pour ma part je pense plutôt le contraire, dans une certaine mesure. 

Le paradoxe de Salomon

L’histoire

Le roi Salomon est le successeur du Roi David en Israël dans l’Ancien Testament. Il est connu pour sa grande sagesse. Si vous n’arrivez pas à le situer, c’est lui qui suggère qu’on coupe un bébé en deux pour trouver laquelle des deux femmes qui affirment être mère de l’enfant est vraiment qui elle prétend être. Lorsqu’une des femmes se retire tout de suite de la querelle, il sait alors qu’elle veut sauver la vie de l’enfant et qu’elle est donc la mère qui protège son enfant.
Fun fact : Salomon qui sait si bien donner des conseils est une véritable catastrophe dans la gestion de sa vie. Oui, c’est un red flag ambulant, soyons honnêtes : 

  • Des centaines de femmes et partenaires
  • Une obsession pour l’argent et sa richesse
  • Aucune relation avec ses enfants

Sublime.

(Cette histoire est simplifiée parce que je ne suis pas experte sur le sujet et vous n’êtes pas là pour ça, donc ne me tombez pas sur le poil si c’est trop simplifié à votre goût)

La théorie

Vous aurez donc fait le rapprochement : le paradoxe de Salomon c’est lorsque nous sommes très bons pour donner des conseils dans un domaine et que nous sommes incapable de les appliquer à nos propres situations. Les études de ce phénomène prouvent qu’en réalité ce sont des mécanismes psychologiques assez complexes qui font que lorsque nous sommes à une certaine distance du problème nous sommes capables de mettre en œuvre des raisonnements plus sages. La question qui se pose alors est de savoir comment l’individu peut créer cette distance en lui pour parvenir à ne plus être victime du paradoxe. Nous y reviendrons ensuite. 

La qualité du travail face à ce biais

Manque de recul vs manque de compétence

Revenons donc à la peur de vous retrouver face à un charlatan quand votre prestataire s’exclame “c’est toujours les cordonniers les plus mal chaussés!”. 

Je vais m’appuyer ici sur mon expérience personnelle avec tous les biais que cela implique, je vous fais confiance pour faire la part des choses. Votre prestataire (ami·e, collègue, copin·e de coworking…) n’est pas en train de vous dire qu’iel ne sait pas faire usage de ces compétences pour son propre cas. Ce qui est souligné est en réalité la difficulté à prendre du recul lorsqu’on travaille sur son propre cas : le perfectionnisme, les jugements souvent beaucoup plus durs et tout un tas d’autres choses se mettent en marche et mettent à mal votre interlocuteur·ice.

Ce n’est pas parce qu’il est plus difficile pour moi de créer une stratégie réaliste, correctement priorisée, raisonnablement exécutable (sans que je finisse à l’état larvaire après 3 mois de travail beaucoup trop intensif) que de le faire pour mes clientes.
Je suis exigeante avec mes clientes mais pas comme je le suis avec moi-même. Je n’imposerais jamais le rythme que je m’impose à quiconque ! Sans parler de vous parler comme je peux me parler à moi-même. Quand je travaille pour moi je suis un tyran, c’est vraiment un problème sur lequel je travaille avec des thérapeutes et coachs (ne restez pas votre pire ennemi·e c’est de la folie).

Donc quand je vous dis que je suis un cordonnier va-nu-pieds, je ne vous dis pas que je suis dépourvue des compétences que je mets à votre service. Je vous dis juste que j’ai encore beaucoup de mal à m’offrir la sagesse et l’empathie que j’ai pour vous.

Les solutions

Si vous êtes sujet·tes à ce magnifique phénomène, il existe des solutions pour créer de la distance et vous permettre de ne plus vous retrouver aveuglé·e face à vos propres problématiques. 

  1. Créer de l’espace 

Pourquoi vous avez du mal à prendre de la distance avec vos problématiques, c’est parce que les attaches émotionnelles sont plus fortes que lorsque vous êtes face aux problèmes des autres. 

Donc il vous faudra prévoir un peu de temps pour créer cet espace qui n’est pas là naturellement. Pour créer cet espace il vous “suffit” de suivre ces 3 étapes : 

  • Faites une pause, ne vous précipitez pas sous le coup de l’émotion dans des conclusions et décisions hâtives.
  • Prenez le temps de vous calmer pour analyser la situation le plus objectivement possible. Une fois la vague d’émotions passée. 
  • Agissez depuis ce nouvel endroit, plus calme, plus objectif.

  1. Prendre de la hauteur

Un des bons moyens de prendre de la hauteur est de regarder la solution dans son ensemble avec les yeux de votre vous dans 10 ou 20 ans (voire plus!). C’est toujours difficile de faire cela seul c’est pourquoi je reviens à mon point de départ, les personnes les plus performantes sont très bien entourées. Elles ont des personnes capables de les faire dézoomer pour ne pas succomber à des prises de décisions irrationnelles. 

Je suis convaincue que continuer à faire appel à des coachs, thérapeutes, professionel·les business qualifié·es est le meilleur investissement pour votre croissance. Vous bénéficiez de leur sagesse pour tempérez vos biais.

La prochaine fois qu’on vous dira qu’on est un cordonnier mal chaussé, n’hésitez pas à proposer à la personne un contact, un coup de main ou juste à lui rappeler que ses propres biais lui joue certainement des tours quant à la perception de ses compétences.

Je pense à tous·tes celles et ceux qui ont du mal à s’apprécier à leur juste valeur, ne les laissez pas se dévaloriser sans rien dire. Si vous êtes de celleux-là, j’espère vous avoir convaincu·e qu’une fois encore votre cerveau vous tend quelques pièges. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DECOUVREZ MES RÉALISATIONS

Conseil en DA – Marine Mancic

Conseil en DA – Marine Mancic

Marine est photographe et bien plus encore, cependant les cordonniers étant souvent les plus mal chaussés elle a fait appel à moi afin de travailler ensemble sur sa direction artistique et son logo.  Ensemble nous avons : imaginé la direction artistique de sa marque...

Formation – Moon Sisters Paris

Formation – Moon Sisters Paris

J'ai collaboré pendant un peu plus d'un an avec Alexandra pour créer l'ensemble des supports de formation pour l'école des 13 lunes, une initiation au féminin sacré en ligne.  Pour elle j'ai : imaginé la direction artistique du projet traduis le contenu fourni en...